Secteurs d’intervention

Un des objectifs du IABW est de créer une synergie entre les besoins de l’Afrique et le know-how italien dans les domaines suivants:

  • INFRASTRUCTURES
  • ENERGIES RENOUVABLES
  • AGRICULTURE ET AGRIBUSINESS
  • Start-up innovantes et nouvelles technologies
  • BIOMEDICAL
  • TEXTILE ET MODE
  • Tourisme et sécurité
  • Gestion des déchets

Infrastructures

Le manque d’un véritable réseau d’infrastructures est l’un des problèmes majeurs dans la plupart des États africains. Le savoir-faire italien dans ce secteur peut être décisif pour l’optimisation du recours aux ressources afin que les États africains atteignent leur plein potentiel économique.

Le développement des infrastructures permettrait d’attirer les investissements étrangers et, en outre, d’influencer positivement le commerce intra-africain.

Énergies renouvelables

Dans la plupart du continent, il n’existe pas de réseaux qui soient en mesure de garantir l’approvisionnement en électricité sur l’ensemble du territoire. À présent, l’absence d’électricité comporte toute une série de difficultés.

Dans ce sens, les énergies renouvelables pourraient représenter la meilleure solution. En effet, les nouvelles technologies, tout comme l’énergie solaire ou l’éolienne, pourraient combler ce fossé d’une façon entièrement éco-durable et, de plus, elles sont économiquement et politiquement avantageuses (nombre d’états dans le monde souffrent de la dépendance du pétrole).

.

Agriculture et Agrobusiness

Le secteur agro-alimentaire, qui implique l’agriculture tout comme l’agro-industrie, est l’un des possibles moteurs de croissance pour les pays de l’Afrique subsaharienne. L’agriculture emploie 60% de la population et représente 24% du PIB de la région.

De plus, il contribue, davantage que tout autre secteur, à l’augmentation globale du revenu dans les zones rurales, encourage la croissance dans d’autres secteurs de l’économie (demande de biens et services produits à l’extérieur du secteur en hausse), réduit le niveau général de pauvreté, faim et malnutrition.

L’Agriculture et l’Agrobusiness sont deux secteurs parmi les plus prometteurs pour ce qui est de l’essor du continent africain.

Start-up innovantes et nouvelles technologies

L’âge moyen du continent africain tout entier, 19 ans, en dit long sur les opportunités créatives incarnées par les start-up qui animent le continent : dans ce sens, le Rwanda et l’Éthiopie sont les géants d’Afrique. A présent, l’innovation est la clé pour la transformation des économies, aussi bien mondiales que numériques : internet et la téléphonie mobile sont des atouts fondamentaux pour l’accès à la connaissance et au savoir-faire.

Il est nécessaire de réduire la fracture numérique, d’optimiser l’exploitation des ressources et de valoriser la créativité africaine, tout en ayant les nouvelles technologies et le savoir-faire technologique européen au service des besoins primaires, afin de promouvoir la croissance, la connaissance et le développement durable.

Biomédical

La santé est un bien principal pour n’importe quel Pays, mais elle est également un moteur puissant de bien-être économique étant donné qu’un système de santé, pour marcher, a besoin de personnel et de l’industrie produisant les technologies médicales nécessaires à la prévention et au diagnostic, au traitement, à la rééducation. Le secteur des dispositifs médicaux peut contribuer de façon décisive à ce changement de vitesse au sein des Pays africains, tout en déterminant les conditions pour un développement non seulement économique, mais également social.

Pour cette raison, il est nécessaire de créer les conditions pour encourager la collaboration entre Italie et Pays d’Afrique, le but étant d’introduire des dispositifs innovants et de sauvetage, de favoriser la formation des professionnels de la santé, de promouvoir la naissance d’infrastructures de santé et cabinets. Une action coordonnée de ce genre permettrait la création de valeur et d’emplois tous niveaux confondus et dans tous les pays impliqués.

Textile et mode

Selon la Banque Africaine de Développement, la valeur du marché de la mode en Afrique bascule entre 15 et 30 milliards de dollars par an : plus de la moitié est représentée par le marché informel. La créativité du secteur du textile dans une bonne partie du continent africain va de pair avec la production de matières premières : du coton, aux fibres végétales et aux cuirs semi-traités. 38 nations du continent sur 54 produisent du coton de haute qualité : le renforcement de l’industrie du textile et des manufactures de la mode ont déjà beaucoup influencé les économies des pays tels que le Burkina Faso, l’Éthiopie, le Mozambique et le Maroc.

Le secteur de la mode africaine a connu un véritable essor : les semaines de la mode internationales au Nigéria, au Ghana et en Afrique du Sud attirent chaque année un public très vaste, de haut niveau économique et non seulement africain. Dans ce contexte, le « Made in Italy », qui à lui seul représente une excellence reconnue dans le monde entier, peut jouer un rôle stratégique dans le partage d’idées, le transfert de compétences et la création de nouvelles opportunités de croissance en Afrique.

Tourisme et sécurité

Les safaris et les villages touristiques, les escalades et les formules de voyage en sac à dos, les villes modernes remplie de bars, restaurants et qui animent la vie nocturne, les forums, les évènements culturels de haut niveau : l’Afrique d’aujourd’hui a perdu une part de son côté romantique et stéréotypé des rues de sable jaune, des tambours et de la chasse aux fauves.

La complexité, la diversité et la beauté déstabilisante de beaucoup de zones du continent font de l’Afrique l’endroit idéal où créer du business grâce au tourisme ; dans ce domaine, nombre d’entreprises italiennes ce sont installé dans des certains pays du continent se créant un business important et exportant leur savoir faire de haut niveau.

Les secteurs du tourisme et de la sécurité vont de pair, étant donné que l’insécurité représente encore aujourd’hui un problème dans certaines zones qui d’un point de vue touristique sont attrayantes mais décourageantes si l’on considère l’intégrité de la personne et de ses biens. L’Italie, qui plus que les autres pays au monde est en mesure de vivre du tourisme en valorisant ses beautés et qui figure parmi les premiers pays au monde en matière de sécurité informatique et de recherche technologique dans le secteur de la sécurité, peut contribuer dans ce sens à la croissance et au développement touristique en Afrique.

Gestion des déchets

La forte urbanisation des différentes villes africaines pose un grand défi, qui est fondamental pour la qualité de vie et la protection de l’environnement : la gestion des déchets urbains et le traitement des eaux usées. Les possibles villes intelligentes africaines de l’avenir, dans l’optique d’une amélioration des services et d’une forte réduction des coûts opérationnels, nécessitent des systèmes de récolte plus intelligents et efficaces ainsi que des systèmes de traitement à faible impact sur l’environnement et à forte capacité de recyclage.

La révolution technologique mondiale est en train de transformer la façon dont nous concevons la gestion des déchets : l’Afrique représente une grande opportunité d’expérimentation, de développement et de croissance.

Activité

Les conférences seront animées par des experts reconnus à l’échelle internationale, qui vont exprimer et partager leurs points de vue nouveaux, spécifiques et innovateurs.

Durant les tables rondes nous aurons l’opportunité d’approfondir des sujets spécifiques de façon plus technique avec un numero restreint de personnes.

Une modalité innovante : B2B/B3B
Les B2B permettront la rencontre d’entrepreneurs, d’investisseurs et de bailleurs de fonds intéressés par le même secteur d’activité. Ce sera l’occasion de présenter vos projets de développement et identifier des nouveaux partenaires dans son propre business de référence.

Lors des rencontres B2B il est possible de :

  • Rencontrer une représentation qualifiée d’entrepreneurs africains et italiens ;
  • Acquérir une liste de possibles partenaires divisés par secteur.

L’une des caractéristiques propres à ce forum est la formule B3B : un entrepreneur italien, un entrepreneur africain et un entrepreneur/étudiant de la diaspora qui sera présent non seulement en tant qu’interprète mais également en tant que facilitateur pour la création de joint-ventures entre les entreprises italiennes et africaines. Le dépassement des barrières culturelles est la case départ pour entamer un business fructueux.

L’agenda des rencontres B2B/B3B sera organisé par un système de matching. Les préférences exprimées par les participants seront prises en compte : une liste des noms et des caractéristiques des entreprises de leur secteur d’activités ou d’intérêt leur sera soumise au préalable

IABW prévoit des ateliers de formation de haut niveau touchant des sujets spécifiques et menés par des orateurs-tuteurs professionnels.

Selon la tradition d’Italia Africa Business Week, un Dîner de Gala sera l’évènement de clôture du forum: musique, degustation et défilé de mode pour valoriser la dynamique culturelle italo-africaine.